15/12/2017

La loi n'est pas respectée !

La loi n'est pas respectée ! leitmotiv que l'on entend souvent durant les interventions au Grand-Conseil ou au Conseil Municipal et pour cause. Il est clair que des lois entraînant des incidences financières sur le budget sont souvent inapplicables vu dans l'état de nos finances, si ce n'est pas augmenter les impôts. Cette dernière solution serait suicidaire vu l'intelligence de nos voisins et amis vaudois ! (PLR et Socialiste, main dans la main)


Continuions de signer des initiatives ou des référendums sans connaître l'incidence financière de celles-ci, si l'on ne veut pas continuer d'avoir des lois inapplicables. Souvent, les gens signent pour avoir une discussion autour de celle-ci mais lorsque l'on arrive aux votations, on se fait avoir (je suis poli) bien senti !.

Prenons l'affaire des TPG, beaucoup de gens ont voté Non à la hausse simplement parce qu'elles veulent  des économies avant d'augmenter les tarifs et de toute façon beaucoup d'entre-elles ne prennent pas les transports publiques que sporadiquement. Merci pour les autres ! 

Les confédérés et les étrangers nous remercient infiniment pour prendre à notre charge  les coûts supplémentaires de nos transports publics. Ceux qui ont, comme moi, un abonnement général apprécions encore plus, vu l'augmentation régulière de ceux-ci.

En conclusion, on se fera toujours piéger vu les différentes idéologies qui se confrontent. Certains comprennent ce qu'ils votent avec les tenants et aboutissants, d'autres votent ce que leur parti les invite à voter et les derniers, surement nombreux, sont manipulés et tombent dans le piège ! 

D'un autre ordre :

Je finirais par citer une initiative qui nous sera soumis l'année prochaine, celle sur No Billag, un piège énorme que le parlement suisse, en ne voulant pas faire un contre-projet, risque de nous faire tomber : Un oui uniquement pour ne plus payer cette taxe ! Autour de moi j'ai des personnes, suisses d'origine étrangère, qui ne regardent que rarement la RTS mais des grandes chaînes étrangères et bien entendu celles de leur pays d'origine, dont acte.

Rappelons-nous aussi l'initiative sur les travailleurs d'origine étrangères en contradiction avec une autre votation, l'acceptation des bilatérales !

11:54 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

"La loi n'est pas respectée !"

La constitution GE 2013, non plus !

- Principe de laïcité: LE CONTRIBUABLE NE FINANCE PAS LES COMMUNAUTES RELIGIEUSES.
PL 11766 "Projet de loi sur la laïcité de la République et canton de Genève". Déposé en 2015. Pas de loi, principe constitutionnel Pas respectée: le contribuable genevois finance les cultes islamistes. Pourquoi?

- Egalité salariale: "1981, la Constitution fédérale prescrit que femmes et hommes ont droit à un salaire égal pour un travail de valeur égale". Art. 8 al. 3 cst; Art. 3 al.2 LEg.
2017, Toutes entreprises publiques, privées, emploient aux mêmes postes, pour les mêmes qualifications exigées, une masse salariale de +en+ importante de leurs collaborateurs, à salaires mensuels ou horaires, allant de -25% à +50%, grâce au recours de filiales ou à stés indépendantes, les 2 fonctionnant en sous-traitance.

* contrats sur base horaire, où des auxiliaires assument en horaires décalé et imprévisible (impossible de combler avec un 2me sous-emploi) les mêmes tâches et responsabilités:

Ici, l'intérêt des employeurs publics/privés est de se faire des marges grâce à une masse salariale plafonnée sous le seuil de cotisation obligatoire au 2e pilier = conduisant à la précarité des salariés, et à l'absence de cotisations assurance vieillesse; bonjour la retraite de ces ceusses-là, salées les subsides à faire supporter par la collectivité.

Situations concernant autant les jeunes diplômés que les licenciés quinquas trop coûteux en terme de cotisations-employeur pour être ré-employés, sauf s'ils acceptent de survivre de la précarité des sous-emplois précédemment cités

Paramètres & mécanismes dont les élus-en-charge dans ce genevois feraient bien de se préoccuper. Ou pas:

Depuis le temps que ça enfle, se généralise (2003-2008) et s'institutionnalise dans les CTT, ces quelques petites illégalités doivent avoir quelques avantages accommodants.

"Il est clair que des lois entraînant des incidences financières sur le budget"

On sait ce qui pèse le plus sur le budget: les dépendances aux subsides sociaux en aggravation, situation vs bilan de leurs responsables, Poggia en tête, si pré- occupés par de grands objectifs: précuire la vision des électeurs de 2018.

Écrit par : divergente | 15/12/2017

Les commentaires sont fermés.