13/02/2016

Pour qui roule le MCG ! droite, gauche, ni droite, ni gauche, coulé !

Il devrait changer de nom ..  MCG en MDFG soit "mouvement de défense des fonctionnaires genevois" ! ou tout simplement traduire en "Mouvement Citoyen de Gauche" ?

 

 


Il est clair que leurs membres qui ne sont pas fonctionnaire doivent être contents de ce changement de cap.. ! Peut-être que HAD pourrait les accueillir en tant que "réfugiés de catastrophe financière programmée" ! 

Va-t'on continuer de se moquer de la grande majorité de la population genevoise ?

Genève ne peut pas continuer à augmenter ses fonctionnaires ainsi que voir sa masse salariale continuer à progresser à moins que l'on veuille foncer directement dans le mur comme quelques pays européens que l'on connaît. Quant j'entends parler du combat pour maintenir les prestations à la population, j'aurais envie d'éclater de rire si je ne savais pas que l'on aura un jour que les yeux pour pleurer sur les belles années ou l'on dépensait sans compter malgré l'avertissement de certains.

Si ça continue, ne devrait-on pas se poser la question à quitter le canton avant d'être obligé de payer l'ardoise que nous aurons laisser ces chers politiciens ?  En tout cas, il est clair que le MCG avec sa position rejoint la gauche qui ont l'air de se moquer de la réduction de la dette. A noter qu'il n'y pas besoin d'être un super crac pour se rendre compte que la situation ne va pas du bon coté !

PS: Quant on lit la FAO et que l'on voit le nombre de poursuite de l'ACC contre des personnes "sans domicile connus", il serait peut-être opportun de lancer une initiative fédérale pour prélever l'impôt à la source car ce sont les personnes correctes qui paient, au final, les dégâts.

Conclusion : Les prévisions économiques ne sont pas une science exacte et plus difficiles à faire sur le long-terme qu'à court-terme, elles ne dépendent pas seulement de notre microcosme mais bien plus de la situation internationale. Ni Genève, ni même la Suisse n'a véritablement le contrôle de son futur car ce sont les aléas de la politique internationale qui donnent le ton. Rappelez-vous de l'effet papillon ! Pouvons-nous être certain que les bourses qui ont chuté en début de cette année remonteront ? Si ce n'était pas les cas, qu'elle serait l'implication sur les recettes pour le budget de l'année prochaine ? réfléchissez y !

 

19:03 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.