14/12/2013

Dénigrer la décision de plus de 50% de la population, scandaleux !

Le comité HAD avec l'appui de plus de 50% de participation du peuple genevois a imposé un audit de l'Etat contre toute la classe politique ! Il est scandaleux qu'une élue de la Ville de Genève se permette, pendant les débats du Conseil de municipal sur le budget 2014. de dénigrer cet audit comme il est dommage qu'un autre élu, ancien de membre de HAD, ne soit pas monter au front pour défendre cet audit.


Cela mérite quelques remarques :

1. La volonté du Comité de HAD suivi par la majorité du peuple était d'imposer, avant de toucher au social ou d'augmenter les impôts, un passage au microscope de l'administration cantonale. Il était opportun de vérifier la réelle efficacité des départements de l'Etat afin de réduire un tant soit peu les charges de fonctionnement ou la façon d'évaluer et d'optimiser le coût des investissements.

2. Le cahier des charges, imposé à Arthur Andersen (AA), l'a été par le pouvoir politique en place et, évidemment négatif à cet audit donc HAD ne pouvait que prendre acte de la façon dont a été fait ce cahier des charges.

3. Le rapport de l'audit est resté un certain temps dans les tiroirs puis est apparu un rapport GE.Pilote !

4. Il y a peu de temps, en prenant langue avec la Cour des comptes, nous avons constaté que, lors de certains contrôles, elle prenait en considération les commentaires de A.A.

5 Notre désir serait que l'on réponde point par point à cet audit, mais il est impératif de faire confiance à la Cour des comptes pour qu'elle continue son travail.

6. Malheureusement, l'État n'étant pas une PME, l'inertie due au copinage idéologique de certains va continuer de freiner toute amélioration du système. Dès qu'une infrastructure devient trop grosse, on n'en perd, souvent, le contrôle surtout quand il y a des failles dans l'organisation de celle-ci. 

Lors des mêmes débats au C.M., j'ai entendu dire qu'au Grand Conseil, l'entente avait la majorité depuis, je crois 1947, il est bon de faire remarqué qu'il y a une vingtaine d'années, le mouvement Vigilance et le parti du travail refusait les budgets bien entendu pour des raisons différentes, mais ce qui est sûr, ni le reste de la gauche, ni l'entente n'avait la majorité et de ce fait, vous avez deux possibilités : des élus de gauche rejoignant la droite ou bien des élus de droite rejoignant les bancs de la gauche pour accepter ces budgets déficitaires qui nous ont amenés à ce gouffre qu'est notre de dette de plus de 13 milliards. Je me rappelle qu'un député, Raoul Baehler, avait tiré la sonnette d'alarme en attirant l'attention que dans le futur on pourrait avoir des conditions économiques moins favorables, mais que né-ni, on s'en moquait royalement et nous payant le prix aujourd'hui.

En conclusion, le monde politique oublie souvent les leçons de l'histoire !

13:26 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

"vérifier la réelle efficacité des départements de l'Etat"

Ouh là, c'est un audit qui demanderait plusieurs milliards :-) Parce que tous les services sont concernés dans la pyramide et même au même étage et j'ai plus de 10 ans d'expérience à mes dépens sur le sujet.

Je pense qu'ils serait bien plus probant d'ouvrir un blog sur ces dysfonctionnements et de laisser les utilisateurs s'exprimer pour démontrer combien coûte l'incompétence dramatique de ceux qui sont en place ainsi que le coût qui en résulte pour le contribuable.

Qu'y-a-t-il de plus coûteux que le déni ?

Écrit par : Jmemêledetout | 14/12/2013

Sauf erreur de ma part je crois que la nouvelle constitution impose d'une part un contrôle de l'efficience de l'action étatique et que, d'autre part, la cour des comptes est responsable du contrôle externe de l'Etat et ceci tous les ans.

Merci de me dire si je me trompe mais il me semble que ces gardes fous sont quand même la conséquence de l'action de HAD et de l'audit.

C'est en tout cas mon espoir c'est l'une des raisons principales de mon vote positif à cette nouvelle constitution!

Écrit par : G Dubouloz | 15/12/2013

Votre remarque est intéressante et je vous transmets ci-dessous l'avis d'un de nos experts :

Les comptes de l'Etat, dès lors qu'ils ne sont plus certifiés IPSAS, ne correspondent plus à la réalité, car l'Etat peut désormais se permettre d'oublier de mettre dans ses comptes les provisions et autres engagements à terme qui dérangent et comme le monde politique, trop incompétent sur ce sujet, n'intervient pas (ou ne veut pas intervenir !!!), le tour est joué.

Ainsi, l'Etat omet gentiment de provisionner la couverture du trou ACTUEL connu lié aux caisses publiques de retraite, trou qui devrait dont OBLIGATOIREMENT figurer dans les comptes actuels de l'Etat, puisque l'Etat, notamment suite à la dernière votation concernant lesdites caisses publiques de retraite, devra obligatoirement couvrir ce trou demain.

Donc l'engagement global de l'Etat n'est formellement pas de 13 milliards, comme tu le dis, mais bien de quelque 20 milliards si l'on tient compte de ce qui précède et autres p'tits trucs que l'on ne veut pas montrer au bon peuple
Detroit avec quelque 700.000 habitants et des engagements de quelque 17/18 milliards en équivalent CHF se déclare en faillite et pour nous à Genève avec quelque 450.000 habitants et des engagements de quelque 20 milliards (y.c. donc les provisions pour risques avérés qui devraient OBLIGATOIREMENT être enregistrées dans les comptes) tout va bien !!!

Il est clair que des lois doivent être modifiées pour se mettre en conformité avec la nouvelle Constitution alors espérons que l'on pourra forcer le monde politique a suivre l'avis de notre expert.

Écrit par : EHRSAM | 15/12/2013

Les commentaires sont fermés.