29/11/2011

La fumeuse séance du GC de mi-novembre !

Complément à mon blog du 19 novembre 2011 au sujet de la Loi sur les établissements de droit public.


En lisant dans la FO l'article concernant la représentation au Conseil d'administration : Art. 39 Composition, je me suis amusé à faire quelques simulations.  1 membres par parti ou 1 membre par apparentement pour 3 places disponibles donc :

Entente de droite : 1         Socialiste et Verts : 1         reste 1 place disponible pour un parti sans apparentement.

AH! AH! cela se corse car il y a pour l'instant 2 partis qui pourraient briguer ce poste soit le MCG et l'UDC.

Je comprends pourquoi cela donne des boutons au chef du MCG quant à l'UDC, plus il rentrera en conflit avec le MCG, plus il se rapprochera de l'Entente et pourrait espérer de placer l'un des leurs. Cette dernière doit sacrément rire sous cape et compter les coups !

Depuis quelques temps, un rapprochement entre l'UDC et l'Entente semble se dessiner mais malheureusement pour l'UDC seulement quand cela arrange l'entente !  Qui sait, pour les prochaines élections aux GC ?

Allons plus loin, "A Gauche toute" refait son entrée au GC et s'apparente avec les Verts et Socialiste et l'UDC n'arrive pas à faire alliance avec l'entente, l'équation reste la même à moins que l'un des deux (MCG ou UDC) n'obtienne pas le quorum.

Résultat des courses, il faudrait qu'il exista deux blocs apparentés, le premier  (A gauche toute, les socialistes et les Verts), le second (PLR, PDC et bien entendu l'UDC) pour que le 3ème siège puisse être attribué au MCG, c'est mal parti !

Aïe, j'oubliais, et si les "Verts libéraux" venaient à s'inviter dans l'équation ?   Quelques joutes sportives en vue !  etc, etc.

Je vais abandonner l'équation et passer à la partie de Poker menteur, cela me semble plus représentatif et plus simple. Après on s'étonne qu'il ait que 40% d'électeurs qui vont aux urnes.

Je suis bien content d'avoir pris de l'altitude pour observer tout ça et pour finir, je me laisse aller à un peu d'utopie car il n'est pas interdit de rêver :

Pour une meilleure et plus transparente démocratie, il serait bien venu d'interdire tout apparentement. Chaque parti présenterait son programme politique avec son financement qui se baserait sur les recettes de l'année précédente et si il n'y arrive pas, il doit proposer une augmentation d'impôt. En conclusion, arrêter de vendre du vent mais du tangible !

 

 

10:48 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.